24/7 : une ressource à l’attention des parents qui travaillent

 

Quand aller chercher de l’aide professionnelle pour la santé mentale de votre enfant

Il n’est pas toujours facile de savoir à quel moment l’enfant a besoin d’aide professionnelle. Voici quelques recommandations qui pourraient aider :

Ne pas se limiter à la sévérité des symptômes

Un enfant peut présenter des symptômes qui semblent assez alarmants. Par contre, les symptômes ne sont pas considérés comme des « troubles » à moins d’être présents depuis des mois et d’avoir des effets négatifs considérables sur la vie de l’enfant à la maison ou à l’école. Tenez le coup un moment et voyez si la situation s’améliore.

Déterminer s’il s’agit d’un comportement adapté à l’âge de l’enfant

Le comportement qui vous préoccupe est peut-être assez courant chez les enfants d’un groupe d’âge particulier. Toutefois, si le comportement de votre enfant ne s’améliore après quelques mois et qu’il semble inhabituel pour son âge, allez chercher de l’aide professionnelle.

 

Lecture recommandée : : Fiche à l’attention des parents, La santé mentale, ça compte : L’enfant orchidée

Jeter un coup d’œil sur votre réseau de soutien

La recherche démontre que les parents qui vont chercher de l’aide professionnelle pour les problèmes de comportement et de santé mentale des enfants sont moins susceptibles d’avoir un conjoint et un réseau étendu de famille et d’amis à qui demander conseil. Si vous vous sentez seul face au problème de votre enfant, n’hésitez pas à avoir recours à un professionnel qui pourra vous soutenir et faire partie de votre équipe pour trouver des solutions.

Faire le suivi du progrès de l’enfant

Le professionnel ne pourra pas faire de miracle et faire disparaître le problème instantanément. Accrochez-vous et tenez bon. Faites de votre mieux et soyez encouragé par chaque petit pas dans la bonne direction. Par contre, s’il n’y a pas de progrès malgré tous les efforts déployés durant plusieurs mois, demandez de l’aide.

Votre enfant est-il en danger?

Si votre enfant se tourne vers l’automutilation ou s’il affiche un comportement autodestructeur, allez chercher de l’aide immédiatement. Cela peut vouloir dire de se rendre à l’urgence.

L’urgence? Vraiment? Pensez-y. Un professionnel en santé mentale ne pourrait être disponible que dans plusieurs semaines voire des mois. Le fait d’amener votre enfant à l’hôpital envoie un message fort : il s’agit d’une urgence et vous prenez très au sérieux les menaces à sa santé mentale. Il est possible qu’une seule intervention soit nécessaire et mène à un changement positif.

Ce qui précède est une version abrégée d’un article rédigé par la psychologue Dre Robin Alter, publié en version originale anglaise sur le site Internet CBC Parents. Pour lire l’article complet, cliquez ici.

   

La Dre Robin Alter est membre du conseil d'administration de la Fondation de psychologie du Canada (FPC) et présidente du programme de la FPC Nos enfants et le stress. Elle a codirigé l'élaboration de ce programme innovateur destiné aux parents, qui vise à faire prendre conscience que les enfants vivent du stress et à fournir aux parents et autres éducateurs les outils nécessaires afin d’aider les enfants à reconnaître et à gérer le stress. La Dre Alter est une psychologue clinicienne agréée depuis 1979. Sa pratique actuelle comprend l'évaluation et le traitement des enfants, des adolescents et des adultes. Elle agit à titre de consultante au Blue Hills Child and Family Centre depuis 1980.  Elle est l'auteure de deux livres : Anxiety and the Gift of Imagination et The Anxiety Workbook for Kids.

Merci à l’initiative Stratégies en milieu de travail sur la santé mentale pour son appui à la ressource 24/7 : une ressource à l’attention des parents qui travaillent.